Classification des personnages

personnages

Héros

Rarement plus de deux : Ce sont les personnages-clés, ceux qui sont le centre véritable de l’histoire, ceux sans qui rien ne serait arrivé, et rien n’arriverait. Le héros n’est pas forcément le gentil pour moi, c’est seulement le personnage par lequel tout passe. Quand ils sont deux, ils sont pour moi ou quasi-fusionnels (le cas des frères elrics dans FMA par exemple: Dans l’histoire, à part à de rares occasions, ils agissent ensemble) ou en opposition (Kira et L dans Death Note). Ils doivent avoir pour moi, d’une part un charisme d’enfer, d’autre part une psychologie fouillé, et, si possible, originale (on évite l’ado rebelle, l’enfant timide, la belle conne, si ces adjectifs ne sont que l’unique trait saillant de leur personnalité)

Personnages secondaires

Entre trois et dix, quinze quand c’est une intrigue extrêmement compliqué, trente quand c’est une saga en douze tomes qui se finira jamais. LA définition est pour moi assez simple: C’est un personnage 1/ qui intervient ou est mentionné, ou est derrière au moins la moitié de l’histoire et 2/qui a un rôle essentiel, qui bouleverse son déroulement. Une exception à cette dernière règle est quand il s’agit du narrateur de l’histoire, au cas où il ne serait pas le héros, et qui, si ça se trouve, n’a aucun rôle (je parle pas de narrateur omniscient, hein, c’est pas la peine de mettre Dieu dans les crédits). Pour prendre l’exemple d’Eragon, le mentor/tonton/papa poule d’Eragon, au début, a un rôle prépondérant. Mais, pas de chance, il crève au premiers tiers. Il était bien parti pour finir PP, mais il s’est fait buter par les Krosnibak (je m’en rappelle plus leur nom, mais c’était aussi nul que celui-ci), pas de chance. En revanche, le méchant, la belle elfe, le copain douteux, le vieux conteur, le dragon, bref, tout ces beaux clichés à la Shrek sont bel et bien des personnages principaux. Un cas intéressant pourrait être, dans FMA par exemple, le cas de Gluttony et de la mére des héros, Trisha Elric: Le premier est un personnage qu’on voit du second épisode au cinquante-et-unième. Mais, la vérité est que de toute l’histoire, il n’a pratiquement aucun rôle, à part un mineure à la fin. Ce n’est que le « robot de combat » de Lust, son faire-valoir elle s’en sert pour bastonner tout le monde, et, à part dire « hihihi », il ne fait pas grand chose. Il n’a pas de but, d’objectif, d’idéaux, les autres personnages l’ignorent, c’est juste un con qui pense qu’à bouffer. Au contraire, Trisha et Honeiheim Elric sont présent dans toute la série, et pourtant, ils n’interviennent presque pas. Mais l’influence de leurs actes planent toujours sur Al et Ed, notamment par les scènes de flash-back, ect… si bien qu’ils sont très importants. J’hésitent à les classer dans les personnages principaux, mais je pense qu’ils le méritent. Un autre cas intéressant pourrait être de savoir si les inspecteurs de la police dans Death Note en font partie, ou bien l’équipe Cobra dans MGS3: SE, et si oui, lesquels. Un personnages principal à aussi une psychologie un tat soit peu étudié, qui peut se développer en un peu plus d’un adjectif, et, sauf si c’est l’équipe principal du héros, un but particulier à atteindre que n’ont pas les autres.

Cette catégorie contient en gros Le faire-valoir du héros, l’équipe du héros, le méchant, à la rigueur le second du méchant si celui-ci à un rôle et un but différent du premier, le tuteur du héros si il vit assez longtemps, le chef ou le personnages principal d’une faction particuliére, le savant fou/magicien de génie, le multi-traitre, les héros des intrigues secondaires, ect… Ne contient pas : Les faire-valoir des précédents, les personnages occasionnels.

Personnages occasionnels

En gros, ceux qui ne font pas partie des précédents: Leur nombre peut-être très variable selon le schéma de l’histoire. Il s’agit souvent de personnages qui n’apparaissent qu’une fois dans le récit. L’exemple parfait qui me viens en tête est celui de Ray Penbar, toujours dans Death Note: il arrive. Il meurt. Fini. Pendant un épisode, on a parlé que de lui, mais il disparaît de la situation. J’ai pas grand chose à dire sur eux, car c’est un peu le groupe poubelle: Si vous voulez des clichés, mettez-les là. Merci.

Un commentaire


  1. Bonjour, confrère de l’imaginaire ! C’est une bien jolie bibliothèque que vous avez là ; je compte bien la parcourir de fond en comble. Et laisser au passage un petit mot de remerciement pour vous être attardé sur mon propre blog de la Curieuse Imagination.

    Comme à mon habitude, je commence par le début ; ce n’est pas forcément le plus représentatif, mais il est plus plaisant de suivre la progression de quelqu’un dans ce sens plutôt que de revenir en arrière et diminuer de qualité.

    Bon, premier écrit donc, en date du 12 juillet 2008. Le temps passe vite, non ?

    La réflexion sur la classification des personnages est bonne, mais je trouve pour ma part que c’est une erreur de vouloir définir un personnage de cette manière. C’est comme le Mythe du Héros : ça fonctionne bien, c’est une bonne manière de structurer son scénario, mais heureusement, tout ne se limite pas à cela.

    Ainsi, la catégorie de certains personnages peut être très ambiguë et changer au cours du récit. Il arrive souvent qu’un personnage secondaire devienne occasionnel, et vice-versa. La catégorie d’un personnage est donc plus un état à un certain point du récit qu’une caractéristique fixe.

    Il arrive aussi, même si c’est très rare, que le personnage principal passe à un statut de personnage secondaire. L’exemple qui me vient à l’esprit (parce que c’est ce que je suis en train de relire en ce moment), c’est le Cycle d’Ender de Robin Hobb (dont le premier tome a été formidablement adapté au cinéma l’année dernière, La Stratégie Ender). Ender est clairement le personnage principal du premier tome, mais il s’efface dans les tomes suivants, pour finir complètement secondaire au quatrième tome, remplacé par deux autres personnages devenus principaux.

    Ah, toutes ces réflexions sur l’imaginaire m’inspirent ! Je crois bien que je vais m’attarder plus longtemps ici.

Laisser un commentaire